L’epuisement suite au cumul de stress

differents profils de comportement et de joie de vivre face au poids du stress vecuL’enthousiasme est un facteur majeur de la joie de vivre, il pousse à agir et à réussir même sous pression.

Dans le schéma ci-dessus, on peut visualiser plusieurs profils de comportements. Ils se caractérisent en fonction du niveau de joie de vivre et du niveau de stress vécus au quotidien.

  • Le profil « ennui » n’est que très peu engagé dans une vie active. Tout est fait pour en faire le moins possible afin d’éviter le stress. En conséquence, le plaisir à prendre quelques risques n’existe pas. Il s’agit d’une personnalité un peu terne qui cherche à se protéger.
  • Le profil « sécurité » dispose par contre de beaucoup d’enthousiasme; il est donc bien investi dans les activités quotidiennes. Ceci étant, sa résistance au stress est limitée, il cherchera donc également à se préserver, pour éviter de se mettre en danger.
  • Le profil « équilibre » est le profil idéal : très enthousiaste ce profil est capable de bien vivre le stress. Ce sont des personnes capables d’agir dans un environnement difficile et qui tiennent la route. Ils sauront également ne pas franchir la ligne rouge.
  • Le profil « pression » fait partie de ces personnes hyperactives, pour lesquelles on a l’impression qu’une vie sans stress ne vaut pas la peine d’être vécue. Il existe pourtant chez eux un véritable point de rupture au-delà duquel l’epuisement tend les bras.
  • Enfin, le profil « épuisement » est caractéristique des personnes qui ont perdu leur joie de vivre et qui sont sous stress y compris dans un environnement qui ne l’est pas vraiment. Un profil particulièrement propice à la dépression.

Vous l’avez compris : la limite à l’engagement… c’est l’epuisement !

Le syndrome général d’adaptation

le phenomene de resistance au stress entrainant l'epuisementL’alarme est un phénomène physiologique normal et naturel. Elle se déclenche dès que quelque chose ne va pas, un problème à résoudre, le sentiment qu’une valeur ou une croyance vient d’être transgressée, une agression… elle met en alerte l’ensemble du métabolisme et le prépare à réagir. Le taux d’adrénaline croit en prépare le corps à une réaction physique.

  • En temps normal, le fonctionnement ordinaire consiste à revenir à un état plus calme, dès que la situation sera moins difficile ou que le problème sera résolu. La courbe de stress redevient plate jusqu’à la prochaine alarme.
  • En phase de résistance, l’adrénaline est le moteur essentiel de notre activité depuis la nuit des temps. Elle a permis à Cromagnon de survivre et de se reproduire. Mais, peut-on agir de la même manière que nos ancêtres, en fuyant ou en attaquant quand on est « coincé » derrière un bureau ou face à son manager ? Si la situation ne s’améliore pas rapidement, le stress augmente et devient durable…
  • Lorsque le corps n’en peut plus, alors qu’il est toujours sollicité par la permanence des situations stressantes, alors c’est l’épuisement. La personne s’effondre, incapable de faire face à ses responsabilités.

«Diagnostic» de l’epuisement

les elements de diagnostic de pre epuisement du au stressLe syndrome d’epuisement peut être diagnostiqué lorsque les facteurs suivants sont réunis :

  • Augmentation des symptômes physiques et psychologiques en nombre et en intensité : Tensions, fatigue, insomnie, perte de joie de vivre, irritabilité, perte du contrôle émotionnel, baisse de rendement, sentiment de « bout du rouleau »…
  • Obsession en ce qui concerne les «obligations», diminution de la capacité de les gérer
  • Sérieux avertissements de santé
  • Epuisement (incapacité de vaquer à ses occupations)

Traitement de l’epuisement

Pour éviter le pire, il convient de diminuer dramatiquement (c’est une urgence pour éviter le drame !) la dépense d’énergie et la dépense d’énergie d’adaptation :

  • Diminuer la tâche et ralentir,
  • Se ressourcer : nature, jeu, vie intérieure, amis, culture, etc.,
  • Dormir, bouger, se relaxer, prendre du temps pour soi…

Et aussi :

  • Travailler la culpabilité et l’image de soi,
  • Aborder le conflit intérieur : difficile en période de détresse
  • Médication : les pour et les contre

Il faut savoir écouter le corps, sinon on se met en danger… dans le pire des cas, en danger d’epuisement !

Dans la page suivante sont décrits des profils types qui sont malheureusement des candidats prédisposés à l’epuisement.

TESTEZ VOTRE PLEINE CONSCIENCE !

bouton test